La mauresque

Goût de plus | 0 comments

Par Pierrot

Un jour de juillet, dans un centre de vacances d’un petit village du Luberon, un type des zones du septentrion – et quand je dis ça, ne m’emboucanez pas, je ne parle pas d’un type d’Aix, je dis bien plus au Nord que ça… bien plus au Nord encore que chez Landolfi… oui, oui comme dans le film de Dany Boon… oui, vers la Scandinavie par-là, enfin vraiment très au nord quoi… oui, même l’été, tu y mets un pull …

Donc le type, il arrive au comptoir… Oh fan ! Tu aurais entendu comment il parlait, cette figure… On comprenait que la moitié des syllabes… Et pourtant, il n’était pas encore empégué le gonze…  Moi, tranquille, j’avais un fly à la main, je buvais littéralement les dialogues de la scène avec le barman, mon collègue Jean-Marc à côté. Le gars demandait un mot incompréhensible… 

– Oh, mais je ne comprends pas votre mot là, Monsieur ! Je ne sais pas ce que vous me voulez, lui répète le barman.

Il y avait une espèce de cagole qui se moquait de ce pauvre jobastre en parpeléguant – le type était rouge, il la furait avec ses yeux de gobi.

– Non, mais monsieur, articulez, on ne comprend rien à ce que vous dîtes !
– Mais je vous dis que je veux un Go-Blé, commence à s’escagasser l’autre.

Jean-Marc, tu le connais, il commence à son tour :
– Vous savez monsieur, ici, le lait, c’est un liquide, c’est comme la Mauresque, ça se boit, ça ne se gobe pas…
– Mais comment vous appelez un verre en carton alors si vous ne comprenez pas ce que je dis ?, s‘acharne le désespéré
– C’est simple, on appelle cela un go-be-let, lui répond le barman.
– Mais ça fait 5 minutes que je vous demande un goblé, commence à se fâcher l’autre. Un goblé, j’ai dit !

Tu aurais dû entendre la cagole comment elle a pouffé de rire, on aurait dit un péton de chèvre.

– Et il veut quoi dans son gobelet, le monsieur ?
– Je ne voulais que le récipient, mais maintenant que monsieur m’a parlé d’un truc, un moretz ? C’est ça monsieur ?
– Une mauresque !
– Qu’est-ce que c’est ça, ce truc-là ?
– Un ver décédé, répond Le barman dépité.
– Comment ?, fait l’autre avec sa tête de muge ouverte et dégoutée.
– Mais non voyons, c’est un pastisson à l’orgeat !
– Et c’est quoi l’orgeat ?
– Je ne sais pas quelle planète vous venez, mais certainement pas de la planète mars… Vous savez ce que c’est les amandes non ? »
– Et, ce n’est pas des amandons ! sort la cagole, qui ne peut s’empêcher d’interrompre
– Bon ok, je veux bien gouter ça.

Crédit Photo : image générée par TchatcheGPT qui visiblement ne sait pas ce qu’est un pastis et qui, lorsqu’on lui demande d’ajouter une ambiance sudiste à sa création, nous met… de l’ail. Voilà voilà.

– Ma première mauresque, c’est mon papet qui me l’a préparée, intervient alors Jean-Marc. Je m’en souviens comme si c’était hier et pourtant ça date de l’an pèbre… Il me parlait de plusieurs de ses voyages, dont un vers Tanger et Casablanca… Mais je n’ai jamais compris, avec sa tête, pourquoi il est passé par la Corse… enfin bref…

Et puis, on ne sait pas pour quelle raison le viking s’embronche et s’estramasse de tout son long en jetant son gobelet de mauresque sur la poitrine de la cagole qui hurle :

– Oh ! la con tes grands morts, est-ce que tu peux faire un peu attention ? Et puis va te faire une patrouille avec ton accent ! Mèfi la prochaine fois !
– Oh nine, occupe-toi de ta mounine ! C’est pas un gabian qui a cagué sur tes nénés, s’éclate de rire le Jean-Marc, déjà bien frit-confit qu’il était…
– Ouais bah Mort aux conos !
– Madame, je suis sincèrement désolé, je ne sais pas où me mettre…  Que puis-je faire pour vous ?, tendant une fleur qu’il a trouvé dans un vase du comptoir en se relevant – malin, cela fait sortir de l’engambi.
– Tu vas voir qu’il va bientôt l’appeler ‘’ma chichinette’’… » continue de rire Jean-Marc. 

Et tu ne vois pas que les deux, la nana et le nordiste se retrouvent bras dessus bras dessus pendant le reste du séjour… visionnaire le Jean-Marc ?

Je l’envie, moi, ce mec du Nord. De longue, je la regardais cette jolie femme. Peut-être que ma jalousie m’a fait parler gras à son sujet et je le regrette déjà… Dans les faits, j’aurais bien aimé qu’elle soit ma galine… mais il faut que je soigne mes mots… tchüss…

Pierrot

 

Artchicles qui pourraient vous intéresser aussi !

Vé aussi

Quelle nutrition pour bien faire son Motchus ?

Comme il n’aura échappé à personne que Motchus était un vrai sport de sportifs de hauts niveaux, nous vous proposons cette semaine un chapitre dédié à la nutrition. Car si vous voulez tout sauf acheter votre ticket pour le Baler19, nous ne saurions que trop vous conseiller de ne pas aborder l’épreuve à la légère, encore moins le ventre vide…

read more

Quel sandouich pour les Goudes ?

Et voilà, c’est dimanche, Médé a encore concocté un mot catégorie Mémé des Accates Nord tendance cousine du 3eme étage de 1967 et toi, tu te retrouves avec ta grille de 6 lignes de longs sur laquelle tu as passé la nuit… Sur twitter, c’est tombé comme à Stalingrad.
Alors, quel sandouich pour les Goudes ?

read more

Viens !

Abonne-moi ! 

Oh tu veux recevoir la niouzeletteur, plutôt ? Abonne-toi, c'est aouf.

CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ :

5 + 1 =

LinkedIn
Share
FbMessenger